Hébergement
Appelez Info-aidant au 1 855 852-7784

Héberger son proche dans le secteur privé

Encadré par le Règlement sur les conditions d’obtention d’un certificat de conformité et les normes d’exploitation d’une résidence privée pour aînés en vertu de la Loi sur les services de santé et services sociaux, le réseau privé compte plus de 2000 résidences qui donnent droit aux crédits d’impôt pour le maintien à domicile des aînés. Elles sont également soumises à la Loi de la Régie du logement.

Si vous souhaitez considérer cette option pour déterminer ce qui sera le mieux pour votre proche, voici plusieurs facteurs à examiner : la catégorie de la résidence, son emplacement, vos besoins, votre budget et vos attentes.


Catégories de résidences privées

Les résidences pour personnes autonomes doivent offrir au moins deux des services suivants : repas, aide domestique, sécurité et loisirs. Si votre proche a besoin de services de soins infirmiers ou d’assistance personnelle, il peut vivre dans une résidence pour personnes autonomes, à condition que ses besoins soient pris en charge par un tiers (p. ex. : CLSC, organismes communautaires, entreprises privées).

Les résidences pour personnes semi-autonomes doivent non seulement offrir au moins deux des services nommés précédemment, mais également au moins un service d’assistance personnelle et/ou de soins infirmiers.

Les centres d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) privés non conventionnés sont adaptés pour recevoir des aînés en perte d’autonomie sévère. Autonomes et indépendants, ils offrent les services suivants : suivis médicaux, gestion de médicaments, soins d’hygiène, soins spécialisés et activités de loisirs.  Comparativement aux CHSLD publics et privés conventionnés, les CHSLD privés non conventionnés ne reçoivent aucune subvention de l’État. Pour y entrer, il n’est donc pas nécessaire d’avoir une référence d’un CLSC. Cependant, ces établissements doivent détenir un permis du ministère de la Santé et des Services sociaux, et ce, même s’ils ont leurs propres conditions d’admission, tarifs et mode de fonctionnement.

Les résidences évolutives peuvent accueillir des personnes autonomes, semi-autonomes et non autonomes, pourvu que chacune des sections de la résidence se conforme aux critères et aux normes définis par la Loi nommée précédemment. Des services adaptés aux besoins de la personne sont proposés, selon l’évolution de sa condition, afin d’assurer une transition, en douceur et dans le respect de votre proche, entre le domicile et l’hébergement.

 

Les conseillers en résidences pour aînés

Aussi nommés conseillers en hébergement, leur mandat consiste à fournir un service d’accompagnement, gratuit et sans engagement, de recherche de résidences privées pour aînés. De nombreuses entreprises spécialisées possèdent ce service d’accompagnement. Vous pouvez donc prendre le temps de bien choisir votre conseiller. Si vous désirez effectuer ces recherches vous-même, vous trouverez des répertoires gratuits de résidences pour aînés sur internet.

 

En cas d’insatisfaction

Vous pouvez d’abord communiquer avec le comité des résidents, qui a pour mandat d’assurer le respect des droits des résidents ainsi que la qualité des services. Pour porter plainte ou pour signaler une situation préoccupante, vous pouvez vous adresser au Commissaire aux plaintes et à la qualité des services de votre région. Les centres d’assistance et d’accompagnement aux plaintes sont également là pour vous soutenir dans vos démarches, au besoin. Si vous êtes insatisfait de la réponse reçue par le Commissaire, vous pouvez soumettre votre plainte au Protecteur du citoyen. En ce qui concerne les baux, vous devez vous adresser à la Régie du logement.

N’hésitez pas à contacter la ligne Info-Aidant (1 855 852-7784 ou info [email protected]) pour plus d’information.


Sources