keyboard_backspace
Retour aux conseils

Prévenir les chutes à domicile

Illustration d'un homme passant le balais dans une tête

Votre proche fragilisé peut présenter un risque décuplé de chutes à domicile.

Si votre proche est atteint d’une maladie neurodégénérative ou encore s’il est en perte d’autonomie en raison d’un autre problème de santé, il est peut-être à risque de chuter à domicile. Quelques stratégies prévenir les chutes à domiciles

Image par défaut

Dans son rapport publié en 2014, l’Agence de la santé publique du Canada estimait que, chaque année, de 20 à 30 % des aînés canadiens font une chute et que la moitié de celles ayant mené à une hospitalisation se sont produites à domicile. Si votre proche est atteint d’une maladie neurodégénérative comme la maladie de Parkinson ou la maladie d'Alzheimer, ou encore s’il est en perte d’autonomie en raison d’un autre problème de santé, il est peut-être à risque de chuter à domicile.

Une chute sur trois ne provoque aucune blessure grave. Cependant, la plupart des chutes entraînent des conséquences (allant de la fracture à l'hospitalisation en passant par la perte d'autonomie ou la difficulté à réaliser les activités du quotidien).

Les mesures personnelles pour prévenir les chutes à domicile

Vous avez déjà évité plusieurs fois des chutes à votre proche sur le point de tomber ou en train de perdre l'équilibre. Comme personne proche aidante, vous faites déjà beaucoup et cela vous coûte en énergie et en stress. Vous vous posez des questions sur ses comportements et sur sa capacité à conduire une automobile. En même temps, vous tenez à ce que votre proche reste actif malgré les troubles cognitifs.


Adapter le domicile

Un environnement sécuritaire est la première étape pour prévenir les chutes à domicile. Parmi ceux-ci :

L'adaptation du domicile soulève la question de la sécurité à domicile et plus généralement celle de comprendre tous les aspects du maintien à domicile


Se vêtir adéquatement

Afin de réduire le risque de chute ou de glisse au sol, il est conseillé de :

  • choisir des chaussures ou pantoufles à semelles antidérapantes;
  • éviter les robes de chambre, jaquettes ou jupes très longues sur lesquelles votre proche pourrait trébucher.


Utiliser une aide à la marche

La canne, idéalement pourvue d'un embout de caoutchouc est utile pour maintenir l’équilibre ou lorsqu’une jambe est plus faible que l’autre. La marchette, quant à elle, est utile lorsque les jambes sont plus faibles. Lorsqu’il devient difficile de soulever la marchette, il est possible d’installer des roulettes sur les pattes.


Utiliser des aides techniques ou technologiques

Une foule d’outils existent pour faciliter les tâches quotidiennes, éviter des mouvements qui pourraient entraîner une chute et vous aviser si votre proche veut se déplacer dans la maison. En voici quelques-uns : 

  • Pince à long manche pour ramasser des objets au sol;
  • Desserte à roulettes pour transporter plusieurs objets simultanément;
  • Lumière avec détecteur de mouvement pour éclairer l’entrée; 
  • Cloche d’appel permettant à votre proche de vous indiquer qu’il veut se lever
  • Utilisation du système d’appel d’urgence ou de vérification téléphonique.

En partenariat avec le ministère de la Famille, le programme PAIR propose un service gratuit d’appels automatisés offert aux personnes vieillissantes ou en perte d’autonomie, permettant entre autres de vérifier si une personne est en détresse, par l’entremise de bénévoles et une liste de répondants. 

Des compagnies privées offrent également un service d’appel d’urgence en cas de chute. 


Maintenir une activité physique

La pratique régulière d’une activité physique aide, entre autres, à maintenir la force dans les muscles, l’endurance, l’équilibre et une bonne posture. C'est l'objectif du programme en ligne safe (soutien aux aînés pour la forme et l'équilibre), qui vise à réduire le nombre de chutes dont sont victimes les aînés. Les exercices proposés ne nécessitent aucun équipement particulier. Le programme est piloté par la division de gériatrie du Centre universitaire de santé McGill .

Réviser et ajuster la médication

Si vous croyez que votre médication ou celle de votre proche pourrait augmenter le risque de chute, nous vous conseillons d’en discuter avec un médecin ou un pharmacien.

Les programmes de prévention des chutes à domicile

Les mesures d'adaptation du domicile ont leurs limites. Des programmes de prévention des chutes existent. Ils consistent à développer une culture de sécurité où tous se sentent interpelés et prennent tous les moyens nécessaires à chaque instant pour prévenir les chutes avec des mesures et activités adaptées aux besoins de l'aidé et de l'aidant. Communiquez avec votre CLSC pour connaître les programmes disponibles.

Remarquez notamment le Programme intégré d’équilibre dynamique (PIED) mis en place par l'Institut national de santé publique du Québec :

  • Il est gratuit et offert par les centres intégrés de santé et services sociaux (CISSS/CIUSSS), généralement via le CLSC;
  • Il s’adresse aux personnes âgées autonomes de 60 ans et plus vivant à domicile, qui ont déjà fait une chute ou qui sont préoccupés par les chutes;
  • D’une durée de 12 semaines, le programme propose entre autres des activités de renforcement musculaire et de l’équilibre ainsi que des conseils pour éviter les chutes et adapter le domicile;  
  • Pour en savoir plus sur le programme PIED dans votre région, communiquez avec votre CLSC et renseignez-vous sur les services de soutien à domicile du CLSC.
format_list_bulleted Voir tous les conseils
close

Besoin de parler?

Contactez Info-aidant pour de l'écoute, de l'information et des références.

Tous les jours de 8 h à 20 h

info
call  Info-aidant :  1 855 852-7784