Questions de sécurité
Appelez Info-aidant au 1 855 852-7784

Prévenir les chutes à domicile

Selon l’Institut de la statistique du Québec, près de 20 % des personnes âgées de 65 ans et plus ont fait une chute au cours des 12 derniers mois. Le problème des chutes chez les personnes âgées est bien documenté et de nombreux outils ont été mis sur pied pour aider à les prévenir.


Cette fiche vous aidera à mieux connaître le phénomène des chutes et vous donnera des outils pour les éviter, tant pour vous que votre proche.

Facteurs de risque et conséquences

Les chutes sont souvent le résultat d’un ensemble de facteurs que l’on peut regrouper en trois grandes catégories : l’état de santé de la personne (capacités motrices, visuelles, cognitives, etc.), son environnement ou ses médicaments (certains d’entre eux pouvant avoir des effets secondaires qui contribuent à augmenter le risque de chute).

Une chute sur trois ne provoque aucune blessure grave. Cependant, la plupart des chutes entraînent des conséquences, par exemple :

  • Blessures et fractures
  • Hospitalisation et séjour possible en centre de réadaptation
  • Perte d’autonomie pouvant entraîner la nécessité de changer de milieu de vie
  • Peur de chuter pouvant occasionner une limitation volontaire des activités et précipiter la perte d’autonomie

 

Comment prévenir

Adaptation du domicile

Un environnement sécuritaire est la première étape pour prévenir les chutes à domicile. Équipement de sécurité et de soutien, retrait des carpettes, réaménagement des lieux et choix judicieux de mobilier: plusieurs trucs vous permettent de maximiser la sécurité à moindre frais.

Sur son site Web, l’Institut Universitaire de gériatrie de Montréal a produit un document visuel et interactif très intéressant qui permet de repérer les principaux risques et donne des astuces pour adapter le logement de façon sécuritaire.  

Se vêtir adéquatement

Afin de réduire le risque de chute ou de glisse au sol, il est conseillé de :

  • Choisir des chaussures ou pantoufles à semelle antidérapante.
  • Éviter les robes de chambre, jaquettes ou jupes très longues sur lesquelles votre proche pourrait trébucher.

Utilisation d’une aide à la marche

La canne peut être utile pour maintenir l’équilibre ou lorsqu’une jambe est plus faible que l’autre. 

  • Elle s’utilise du côté opposé à la jambe faible (ex. : si la jambe droite est plus faible, on place la canne du côté gauche).
  • Pour ajuster la canne à la hauteur adéquate, il faut mettre ses chaussures et se tenir droit, les bras de chaque côté du corps. La  poignée de la canne doit être au niveau du pli du poignet. 
  • Un embout de caoutchouc permet d’améliorer l’adhérence de la canne au sol.  

La marchette est utile lorsque les jambes sont plus faibles.

  • Elle s’utilise près du corps, c’est-à-dire que les jambes devraient être vis-à-vis des pattes arrière, ce qui permet de maintenir le dos droit.
  • Pour ajuster la hauteur de la marchette, il faut mettre ses chaussures et se tenir droit, les bras de chaque côté du corps. Les poignées doivent être au niveau des poignets. 
  • Lorsqu’il devient difficile de soulever la marchette, il est possible d’installer des roulettes sur les pattes avant (il vaut mieux alors installer des patins sur les pattes arrière pour faciliter le glissement de la marchette).

Pour en savoir encore plus sur les aides techniques pour prolonger l’autonomie et réduire les chutes, nous vous invitons à regarder cette vidéo produite en collaboration avec le Centre d’expertise en santé de Sherbrooke.

Utilisation d’aides techniques ou technologiques

Une foule d’outils existent pour faciliter les tâches quotidiennes, éviter des mouvements qui pourraient entraîner une chute et vous aviser si votre proche veut se déplacer dans la maison.  En voici quelques-uns : 

  • Pince à long manche pour ramasser des objets au sol 
  • Enfile-bas pour éviter de se pencher vers l’avant lors de l’habillage
  • Desserte à roulette pour transporter plusieurs objets simultanément
  • Lumière avec détecteur de mouvement pour éclairer l’entrée 
  • Coussins avec détecteur de mouvement (déclenche une alarme sonore lorsque votre proche tente de se lever du lit ou du fauteuil)
  • Cloche d’appel permettant à votre proche de vous indiquer qu’il veut se lever

Utilisation du système d’appel d’urgence ou de vérification téléphonique

Le programme PAIR : En partenariat avec le ministère de la Famille, ce programme offre un service gratuit d’appels automatisés offert aux personnes vieillissantes ou en perte d’autonomie, permettant entre autres de vérifier si une personne est en détresse, par l’entremise de bénévoles et une liste de répondants. 

Plusieurs compagnies privées offrent un service d’appel d’urgence en cas de chute. Le fonctionnement général est le suivant : en pressant sur un bouton (bracelet, collier ou autre dispositif), la personne qui a chuté peut rejoindre une centrale qui entrera en communication avec elle et rejoindra des répondants au besoin. 

Activité physique

La pratique régulière d’une activité physique aide, entre autres, à maintenir la force dans les muscles, l’endurance, l’équilibre et une bonne posture.

Révision et ajustement de la médication

Si vous croyez que votre médication ou celle de votre proche pourrait augmenter le risque de chute, nous vous conseillons d’en discuter avec un médecin ou un pharmacien.

Programme intégré d’équilibre dynamique (PIED) 

Le programme PIED a été mis en place par la direction de la santé publique. Il est gratuit et offert par les centres intégrés de santé et services sociaux (CISSS), généralement via le CLSC.  

Ce programme s’adresse aux personnes âgées autonomes de 65 ans et plus, qui ont déjà fait une chute ou qui sont préoccupés par les chutes. D’une durée de 12 semaines, le programme propose entre autres des activités de renforcement musculaire et de l’équilibre ainsi que des conseils pour éviter les chutes et adapter le domicile.  

Pour en savoir plus sur le programme PIED dans votre région, communiquez avec votre CLSC. 

 

Pour plus d’information, appelez Info-aidant au 1 855 852-7784. Nos conseillers spécialisés sont là pour vous écouter, vous informer et vous référer aux ressources et services disponibles près de chez vous.


Sources