keyboard_backspace
Retour aux conseils

Accompagner un proche dont l'état mental représente un danger

Illustration d'un homme passant le balais dans une tête

Vous pensez que l'état mental de votre proche représente un danger pour lui ou pour vous. Il faut faire quelque chose.

Comment évaluer ce danger? Avez-vous le sentiment de vous tromper? Comment composer avec votre sentiment d'impuissance? Comment obtenir du soutien dans cette situation difficile et délicate? Voici quelques pistes et conseils.

Image par défaut

L'état mental de votre proche représente un danger

Avez-vous peur de vous tromper quand vous pensez que votre proche représente un danger pour lui ou elle, pour son entourage, pour vous? Ressentez de la peine à l'idée d'aller contre son gré?

Jean-Pierre, dont le fils est atteint de schizophrénie, livre un témoignage poignant à cet égard.

ic_play Lire la vidéo

Comment jauger le niveau de danger au coeur de la situation tout en accompagnant au mieux le proche? L'Appui pour les proches aidants souhaite vous donner des exemples concrets, ancrés dans l'expérience des conseillères et conseillers Info-aidant. Le but est de vous aider à vous situer dans votre propre cas de figure et vis-à-vis d'une difficile et délicate situation.

Cas de figures

Exemples

Danger grave et immédiat

Le frère d'un personne proche aidante fait une dépression. Il lui confie qu'il a des idées suicidaires mais qu’il ne passera pas à l’acte, car il ne veut pas faire de peine à sa famille.

La personne proche aidante se prépare pour le cas où la situation viendrait à changer, par exemple si le frère dit avoir un plan concret par arme à feu pour son suicide et exprime le désir de le mettre en acte dans les 24 heures qui suivent. Si ce cas se présente, la personne proche aidante prévoit contacter le 911, car il y a un danger grave et immédiat pour soi.

Danger grave et imminent

La fille de la personne proche aidante a 20 ans et vit un premier épisode psychotique. Elle est envahie par des idées paranoïaques. Elle a l’impression que le gouvernement la surveille à travers les écrans. Elle se prépare pour se défendre contre les agents du gouvernement à l’aide de couteaux. Elle se croit invincible.

La personne proche aidante consulte son association de proches pour l’accompagner à déposer une requête de garde provisoire, car sa fille est un danger grave et imminent pour les autres.

Aucun danger grave immédiat ou imminent

La mère de la personne proche aidante est atteinte d’un trouble bipolaire. Elle a arrêté ses médicaments dernièrement et se trouve dans une phase maniaque. Elle dort peu, travaille incessamment sur une nouvelle aventure entrepreneuriale, aventure issue d’un délire. La mère dépense des sommes énormes sur ce projet, projet qui ne tient pas la route.

La personne proche aidante tente de convaincre sa mère de recevoir un traitement, mais la mère refuse. Puisque sa mère n’est pas dans un danger grave et immédiat/imminent, la personne proche aidante ne peut pas forcer sa mère à recevoir un traitement ni à se faire évaluer. Dans ce cas-ci, le droit à l’autonomie de l’aidée est protégé par la loi. La personne proche aidante contacte Info-aidant ou son association de proches aidants pour obtenir du soutien dans le sentiment d’impuissance et pour trouver des stratégies pour encourager l’aidée à consentir à une évaluation ou à un traitement.

Huit conseils pour traverser la situation

  1. Il est possible que vous ressentiez culpabilité, stress, découragement ou que vous vous sentiez démuni ou dépassé. Ressentir ces émotions est normal par rapport à la situation;
  2. Si vous en ressentez le besoin, demandez de l'aide en santé mentale, communiquez avec Info-Social 811 ou avec les lignes téléphoniques d'aide;
  3. Renseignez-vous le plus possible sur ce qu'il faut savoir sur la santé mentale et les troubles mentaux, sur les façons d'épauler un proche ayant une dépression et comment soutenir un proche présentant un trouble mental;
  4. N'hésitez pas à utiliser les ressources et références pour guider les aidants;
  5. Des services adaptés à vos besoins spécifiques de personne proche aidante existent;
  6. Si vous voulez présenter une requête d'examen psychologique pour votre proche, des centres et organismes communautaires peuvent vous accompagner et vous épauler dans cette démarche;
  7. Des groupes de soutien et d'entraide sont là pour partager connaissances et expériences entre proches aidants;
  8. Votre proche accapare beaucoup de votre énergie ces derniers temps. Pensez à vous. Voici des conseils pratiques pour vous préserver et prendre soin de vous.

Des questions et pistes de réponses

Pourquoi recourir à un organisme dans le processus menant à une demande d’évaluation psychiatrique?

L'organisme peut vous aider dans la rédaction de la requête, l'accompagnement au poste de police, ou encore peut vous assister dans les démarches préparatoires de la requête.

Mon père est une personne aînée avec un trouble de consommation. Son logement est insalubre et il chute fréquemment. Sa dernière chute a entraîné une cassure à la hanche. L’équipe médicale suggère un déménagement en CHSLD mais il refuse catégoriquement...

Dans ce cas, l’établissement de santé pourrait décider de passer devant le tribunal et de faire une demande d’ordonnance de soins.

J'ai entendu parler de la loi P-38. Qu'est-ce que c'est?

C'est la Loi sur la protection des personnes dont l’état mental présente un danger pour elles-mêmes ou pour autrui. Dans certains cas et contextes, l'état mental du proche représente un danger pour le proche lui-même, pour les autres, et pour vous en tant que personne proche aidante. Dans ces cas exceptionnels, le droit civil du Québec permet de placer le proche en garde provisoire dans un établissement de santé. Cette procédure est encadrée par la loi P-38. Voici des explications.

Mon proche est en garde provisoire. Que va-t-il se passer à partir de maintenant?

24 heures après sa prise en charge de votre proche, un psychiatre va faire une évaluation psychiatrique. Un schéma détaille le processus (page 14).

J'ai mille questions en tête...

Voici une foire aux questions élaborée par le Réseau Avant de craquer : ordonnance d'évaluation psychiatrique, garde provisoire, hospitalisations, niveaux de dangerosité, etc.

format_list_bulleted Voir tous les conseils
close

Besoin de parler?

Contactez Info-aidant pour de l'écoute, de l'information et des références.

Tous les jours de 8 h à 20 h

info
call  Info-aidant :  1 855 852-7784