Actualités
Appelez Info-aidant au 1 855 852-7784

COVID-19 - Comment réduire sa culpabilité?

Le 9 avril 2020

La quarantaine des aînés implique que vous deviez laisser seul votre proche. Si vous vous sentez coupable, comment vous réconcilier avec cette décision?


Un sentiment normal

Tout d’abord, sachez que la culpabilité que vous ressentez est un sentiment normal! Celui-ci est vécu à différents degrés par la plupart des proches aidants. Dans le contexte actuel de confinement, où des mesures de distanciation sociale nous sont collectivement imposées, plusieurs émotions qui cohabitent avec la culpabilité (colère, frustration, tristesse, impuissance) sont exacerbées.

Un premier pas pour diminuer ce sentiment est de le reconnaître (ce que vous avez déjà fait, bravo!) puis d’explorer ce que vous pouvez faire pour modifier, soit votre perception de la situation, soit la situation elle-même (demandez-vous: qu’est-ce qui est en mon pouvoir?). 

Pour échanger sur ce thème et vous aider à faire face à ce sentiment, vous pouvez contacter nos conseillères et conseillers du service Info-aidant

Par téléphone: 1 855 852-7784

Par courriel: [email protected]

 

Une décision pour protéger votre aîné 

Ce qui pourrait vous aider à diminuer le sentiment de culpabilité serait de prendre une position de recul par rapport aux émotions ressenties afin d’adopter une vision élargie du contexte actuel. 

Rappelez-vous régulièrement que le fait de ne pas rendre visite à votre proche âgé est une consigne de santé publique qui vise à protéger les personnes les plus à risque de contracter le virus et d’en subir des conséquences graves, voire mortelles. Rappelez-vous que ce n’est pas votre décision d’arrêter vos visites mais bien une demande de la part du gouvernement du Québec pour protéger la population des aînés. En l’occurrence, votre respect de cette mesure est donc une façon de préserver votre proche des risques de contamination! 

Agir pour reprendre le contrôle 

Pour ce qui est de la situation actuelle, vous n’avez malheureusement aucun contrôle sur la période de confinement qui sera exigée par les autorités de santé publique. 

En revanche, vous pouvez instaurer d’autres manières de « visiter » votre proche, par l’entremise d’un appel téléphonique ou de rencontres virtuelles régulières. Ceci sera d’un grand réconfort pour vous et pour votre proche. N’hésitez pas à consulter notre article sur les façons de jouer virtuellement avec votre proche, par exemple!