Actualités
Appelez Info-aidant au 1 855 852-7784

L'usure de compassion : comment la reconnaitre et la prévenir ?

Le 2 octobre 2020

Être proche aidant peut être très exigeant et demander de puiser quotidiennement dans ses réserves d’énergie, de force, de patience et de compassion. Voici quelques pistes pour reconnaitre et prévenir l'usure de compassion.


L’usure de compassion se définit comme une profonde érosion émotionnelle et physique qui prend place lorsque les personnes qui aident ne sont plus capables de se régénérer et de se ressourcer. Elle est « liée à une compassion extrême, à un désir profond d’aider l’autre quitte à s’oublier, ce qui mène à une perte d’énergie psychologique, émotionnelle et physique. C’est une usure qui s’installe de façon lente et graduelle et qui se produit lorsque la personne qui aide n’est plus capable de se ressourcer et de retrouver son énergie.» (Fortier, 2018)

L’usure de compassion peut se traduire par:

  • Un épuisement profond, tant physique qu’émotif.
  • De la colère, de l’inquiétude, de l’anxiété, voire de l’intolérance.
  • Un sentiment de détachement et/ou de perte d’intérêt.
  • Un très fort sentiment d’impuissance.
  • Une forte émotivité.
  • Un besoin de s’isoler.
  • Une remise en question de l’humanité et du sens de la vie.
  • Des difficultés de sommeil, de la fatigue, de l’épuisement.
  • Des troubles de l’alimentation.
  • Etc.

Des pistes afin d’y faire face:

  • Prendre un moment de recul afin d’identifier les sources de stress.
  • Identifier ce qu’on peut changer et ce que l’on ne peut pas changer. Se demander : «qu’est-ce qui est en mon pouvoir?»
  • Prendre conscience de la manière dont on interagit et intervient auprès de son proche. Par exemple, quelles sont les valeurs, les croyances, les intentions, etc. qui sous-tendent nos actions?
  • Pratiquer des auto-soins : relaxation, déterminer « comment je vais me libérer de mon stress, » bien s’alimenter, s’assurer d’avoir de bonnes nuits de sommeil, s’adonner à des activités (loisirs, culturelles, etc.), garder une vie sociale.
  • Prendre un engagement envers soi-même : mettre ses limites et connaître ses propres limites (temps, répit, priorité, attentes réalistes, niveau d’énergie, sens de son engagement, motivations, etc.)
  • Aller chercher de l’aide et du soutien (soutien social et professionnel).
  • S’entrainer à recevoir et à apprécier l’affection et le soutien des autres.
  • Pratiquer la bienveillance envers soi-même : ne pas juger ses pensées ou ses émotions. Se concentrer sur ses réussites et remettre les situations difficiles en perspective. Apprendre à reconnaître ses limites avant de les atteindre. Se comporter avec soi comme on le ferait avec son meilleur ami qui traverserait des difficultés; avec gentillesse et compréhension.
  • Identifier les personnes prêtes à nous aider grâce à la cartographie de soutien.

Des outils pratiques et des références:

Des ressources:

Nous vous rappelons que le service Info-aidant est là pour vous offrir de l'écoute et pour vous aider à identifier les organismes de votre région qui pourraient faciliter votre quotidien, et ainsi vous éviter surmenage et épuisement. Nous offrons un accompagnement personnalisé, confidentiel et gratuit, du lundi au dimanche de 8h à 20h, par téléphone, au 1 855 852-7784, ou par courriel.