Actualités
Appelez Info-aidant au 1 855 852-7784

Mars : Mois de la prévention de la fraude

Le 14 février 2019

Saviez-vous que les fraudes sont officiellement catégorisées comme des actes de maltraitance envers les personnes aînées? On parle alors de maltraitance financière.


Personne n’est à l’abri des fraudeurs, et la vulnérabilité est un critère qui a le potentiel d’influencer de manière importante les conséquences d’une fraude. C’est pourquoi les personnes aînées, souvent en situation d’isolement et en perte temporaire ou permanente de leurs capacités physiques ou cognitives, sont souvent ciblées par les fraudeurs.

Ainsi, la ligne Aide Abus Aînés rapporte que plus de 30 % des situations de maltraitance qui lui sont communiquées concernent la maltraitance financière. Dans ses statistiques de 2017, le SPVM estime que de 4 à 7 % des personnes aînées sont victimes de maltraitance financière à domicile. Toutefois, dans la mesure où de nombreux cas ne sont pas dénoncés ni rapportés, ce pourcentage est certainement plus élevé dans la réalité.

Qu'est-ce qu'une fraude financière?

D'une manière générale, une fraude financière est une méthode malhonnête pour tromper quelqu’un et lui faire perdre de l’argent. Elle peut prendre plusieurs formes, mais les plus courantes, en ce qui concerne les personnes âgées, sont les suivantes :

La fraude par affinité

Elle consiste, pour un aîné, à se faire recommander un investissement par un membre d’un groupe auquel il appartient, ce qui lui inspire confiance au premier abord.

La fraude du « proche en détresse », appelée aussi fraude « des grands-parents » 

Elle consiste, pour le malfaiteur, à soutirer de l’argent en se faisant passer pour un proche, afin de ne pas éveiller les soupçons.

L’hameçonnage 

Elle consiste souvent en l’envoi de courriels ou de messages textes qui ressemblent à s’y méprendre à ceux que pourraient expédier des entreprises, des institutions financières et des organismes gouvernementaux légitimes.

Les enjeux de la personne proche aidante

L’acte de fraude en lui-même peut causer différents degrés de dommages, et pas que sur le plan pécuniaire. En effet, bien des personnes aînées ne l’avoueront jamais, mais elles ont honte de s’être fait piéger et sont convaincues qu’il n’y a rien à faire. La personne proche aidante peut alors être appelée à gérer des sentiments de confusion, de détresse, mais aussi de peur : peur d’être rudoyée, de devoir emménager dans une résidence, de causer un conflit au sein de la famille ou au sein du réseau d’aidance… Outre l’atteinte à l’estime de soi, les répercussions psychologiques peuvent être très profondes et mener à la dépression.

Prévention et communication

Le meilleur moyen de lutter contre la fraude, c’est encore de la prévenir. Dans ce contexte, on distingue deux types de mesures : les actions quotidiennes et les évaluations de professionnels. Pour ces dernières, Angélique Châtelier, conseillère financière en sécurité financière et conseillère agréée pour les aînés, promeut la communication : « Il ne faut pas attendre qu’un mandat d’inaptitude soit délivré pour se renseigner. La personne proche aidante doit poser des questions : Avez-vous besoin de mon aide? Avec qui faites-vous affaire pour vos assurances, pour votre hypothèque? Il ne faut pas attendre d’être proche aidant et penser à établir le plus tôt possible une stratégie avec son entourage, sa famille. »

Si la communication est bonne, la personne proche aidante – ou en devenir – peut obtenir un portrait complet de la situation de la personne aidée. Ainsi, elle sera mieux outillée en cas de situations irrégulières ou qui exigeraient une vérification rapide.

Mme Châtelier insiste sur le fait que tous les professionnels œuvrant auprès des personnes aînées (notaire, médecin, conseillers…) devraient inciter leurs clients à avoir ce genre de discussions : « J’encourage toujours les personnes aînées qui me consultent à venir avec leur personne proche aidante. Les deux parties peuvent alors évaluer mon professionnalisme et mes services, puis en discuter entre elles après. Il y a alors deux bénéfices : l’autonomie de la personne aînée est respectée et la personne proche aidante est sensibilisée; il est important qu’elle considère la démarche de son propre point de vue, car si un problème survient, c’est elle qui devra le régler. »

Quelles sont les ressources à utiliser en cas de fraude?

En premier lieu, si la fraude n’est pas véritablement confirmée, une enquête peut être mise en place par la Sûreté du Québec ou le service policier de votre ville. Par exemple, pour les personnes desservies par le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), un simple coup de fil aux agentes et agents sociocommunautaires du poste de quartier suffit pour ouvrir l’enquête.

Si la fraude est avérée, les corps policiers restent vos ressources principales, de même que le Centre antifraude du Canada, géré par la GRC. Pour des situations qui impliquent des conseillers financiers ou des conseillers en placement, vous pouvez communiquer avec l’Autorité des marchés financiers. Pour les cas liés à un produit ou à un service que vous avez achetés, vous pouvez entrer en rapport avec l’Office de la protection du consommateur.

→ Pour des trucs pratiques à appliquer au quotidien et quelques ressources supplémentaires, consultez notre fiche Actions simples et accessibles pour prévenir les actes de fraude.

→ Si vous vivez ou êtes témoin d'une situation de maltraitance, n'hésitez pas à contacter la Ligne Aide Abus Aînés, pour obtenir soutien et conseils : 1 888 489-2287.


Sources