« André est devenu extrêmement serein » lorsque l’aide médicale a été acceptée

08 janvier 2024

« André est devenu extrêmement serein » lorsque l’aide médicale a été acceptée

Huguette et sa fille Nathalie ont accompagné André, qui a reçu l’aide médicale à mourir en 2022. Les deux femmes reviennent sur leur parcours et souhaitent que le sujet de l’aide médicale à mourir soit abordé plus souvent. Voici leur témoignage.

Nathalie et Huguette Aide médicale à mourir

Parlez-nous d’André et de votre quotidien?

Huguette : André vivait avec une insuffisance cardiaque. À l'âge de 50 ans, il avait fait un infarctus qui avait laissé des séquelles. Pendant un temps, tout allait vraiment bien, nous avions une vie normale. En 2019, il s'est mis à faire de l'arythmie, un défibrillateur a été installé. À partir de là, il sentait qu'il vivait avec une machine. Tout a basculé à ce moment-là. Mon rôle de proche aidante a vraiment commencé. Ne plus sortir. Rester à la maison. Ne plus voyager.

Nathalie : ma mère ne voulait plus conduire. Je me suis donc beaucoup impliquée dans les accompagnements; André était de plus en plus souvent hospitalisé.

Comment le sujet de l’aide médicale à mourir est-il arrivé?

Nathalie : En 2022, André était découragé. Je dirais même dépressif. En mai, il a été hospitalisé pour la cinquième fois de l'année. Cela faisait des mois qu'il allait et venait entre la maison et l'hôpital. Il était au bout de sa patience.

J’ai reçu un appel au début du mois de juin. C’était le médecin. Je me doutais bien qu'à la fin de cette conversation téléphonique, j'allais probablement finir en pleurs. Ils « l'avaient perdu » dans la nuit. Son cœur avait lâché. Et, ils l'avaient réanimé. Mon père n'était pas du tout content. Il a dit au cardiologue : « pourquoi ne m'avez-vous pas laissé partir? » Il y a eu une discussion à ce moment-là. En termes médicaux, mon père exprimait un refus de traitement. Le médecin m’a expliqué qu’André m’avait choisie comme personne-contact. Le cardiologue m'a alors détaillé ce qui s'était passé dans la nuit. Il m’a demandé de confirmer le souhait que mon père avait exprimé.

André a-t-il prononcé le mot « aide médicale à mourir » à ce moment-là?

Nathalie : non, mais, depuis sa crise cardiaque, il nous a toujours répété : « je ne veux pas d'acharnement médical, je ne veux pas me rendre là ».

Huguette : oui, d'ailleurs cet aspect était inclus dans son testament. Il faut dire qu’en plus de sa condition cardiaque, ses reins et poumons étaient affaiblis.

Nathalie : quand j’ai eu le coup de fil, au fond, André faisait savoir son souhait, il voulait que tout le monde se prépare. Avec cet appel, il me chargeait donc de faire passer le message, notamment à mon frère à Deux-Montagnes, ma sœur en Gaspésie, ma mère Huguette et les petits-enfants. Huguette et moi sommes allées à son chevet à l’Institut de cardiologie de Montréal le lendemain, c’est à cet instant qu’il a parlé d'aide médicale à mourir. Il nous a dit ne plus vouloir se battre. Il demandait l’aide médicale à mourir et disait que si, entretemps, il avait un malaise, il ne voulait pas être réanimé.

Comment avez-vous réagi?

Huguette : André m'avait préparée. Les deux dernières années, il parlait souvent de la mort. Il savait que son corps commençait à avoir beaucoup de défaillances. Il se voyait dépérir. À la fin, il arrivait à peine à se lever et à manger. Il était normal pour moi que, dans ces conditions, il demande à mourir.

Nathalie : mon père voulait que tout le monde soit à l'aise avec sa décision et que la famille soit derrière lui dans son choix. Il tenait à s'assurer que nous prenions tous cette décision ensemble, pour son bien-être.

Une fois la décision prise, comment André a-t-il été?

Huguette : incroyable! J'ai retrouvé l'André que j'avais épousé, boute-en-train et de bonne humeur. Et le jour où on lui a dit que sa demande d'aide médicale à mourir était acceptée, il est devenu extrêmement serein.

Nathalie : André savait qu'il ne verrait pas ses petits-enfants grandir… Je pense que c’est cet aspect qui a été le plus dur. C'était son choix, mais de penser aux conséquences de son choix en lien avec les petits-enfants, c'est là que ça a été plus difficile.

Tout s’est passé en une semaine. J’aimerais avoir votre ressenti sur cet espace-temps.

Nathalie : honnêtement, pour lui ça aurait pu se passer en deux jours. C'est ce qu'il aurait souhaité. Il voulait que ça se fasse ainsi. Nous avons été satisfaits de ce délai et chanceux. Je remercie énormément l'équipe de l'Institut de cardiologie.

Avez-vous souhaité être accompagnées après le décès?

Huguette : nous nous sommes accompagnés nous-mêmes, en famille. Nous étions tellement soudés! C'est cette grande complicité qui nous a permis de surmonter cette épreuve.

Nathalie : Nous avons vécu cette étape de façon différente, mais nous étions tous derrière lui. Ça s’est fait naturellement. En tant que directrice du Regroupement des aidantes et aidants naturels de Montréal, je pense qu’il y a un manque au niveau de l'accompagnement des proches aidants. Dans notre cas, tout a bien été parce que tout le monde était d'accord. Mais ce n'est pas le cas dans toutes les familles. Je le dis en toute humilité, je sais que l'aide médicale mourir est quelque chose de récent, mais il y a clairement une amélioration à apporter pour accompagner les familles.

C’était l’an dernier, comment avez-vous traversé le jour J?

Huguette : Quand le geste a été posé, le 15 juin 2022, Nathalie l’a vécu plus difficilement que moi, parce que nous n’avons pas eu le même angle de vue. Elle était du côté où les injections se faisaient. Tandis que moi, j'étais de l'autre côté et je tenais la main d’André. Nathalie a tout vu.

Nathalie : Ce n’était pas voulu, c'est arrivé de même. Alors, après, j'ai eu de la colère. Beaucoup de colère, parce que mon père avait voulu qu'on reste là tout le long. Qu'on écoute la chanson « Vole » de Céline Dion, que je ne suis plus capable d'écouter aujourd'hui sans m’effondrer! Lui, après quelques secondes, s’est endormi. Je me suis dit : « pourquoi nous a-t-il fait vivre ça? Pourquoi ai-je été obligée de voir son cœur s'arrêter de battre? Pourquoi nous a-t-il obligés à tout ça? » Pendant trois jours, j’ai été fâchée. C'était dans mon processus de deuil. Après cela, j'ai constaté la chance que j'avais eue d’avoir toute sa confiance. C’est moi qui avait été appelée pour valider son souhait. Dans le fond, j'ai réalisé que le lien que j'avais avec mon père était très grand. La colère que j'ai eue avait découlé de ce lien fort.

Comment allez-vous aujourd’hui?

Huguette : la plus belle recette que nous avons trouvée est d'habiter dans la même demeure! Après le décès d'André, une de mes filles qui habite en Gaspésie est venue passer plusieurs semaines avec moi. Mais après, j'ai trouvé très difficile de vivre seule dans la grande maison. C'était trop de souvenirs. Il fallait que je déménage. Le but est maintenant d'habiter chacun notre appartement, dans un duplex. Nathalie va éventuellement assurer un rôle de proche aidante avec moi aussi!

Un merci chaleureux à Huguette et à Nathalie pour ce partage et cet émouvant moment vécu ensemble, le temps d’une conversation.

Pour en savoir plus

Cet article vous a plu?

Abonnez-vous à l’Appuilettre, l’infolettre des personnes proches aidantes et recevez, chaque mois, témoignages, dossiers thématiques ou entrevues.

east Abonnez-vous à l'Appuilettre
close

Besoin de parler?

Contactez Info-aidant pour de l'écoute, de l'information et des références.

Tous les jours de 8 h à 20 h

info
call  Info-aidant :  1 855 852-7784