keyboard_backspace
Back to advices

Ce qu'il faut savoir sur les dépendances

Drawing of a man brooming inside an head

Votre proche présente une dépendance?

Comment accompagner une personne faisant face à une dépendance à l'alcool, aux drogues ou aux jeux de hasard et d'argent? Les conseils présentés ici vous aideront à faire face au quotidien et à prendre conscience d'une possible codépendance.

default image

Que dois-je savoir sur les dépendances?

Une personne peut devenir dépendante d'une substance (alcool, autres drogues, médicaments) ou d'un jeu de hasard et d'argent.

La dépendance se développe de façon progressive et ses formes varient selon ce qui est consommé et les facteurs physiques, psychologiques et sociaux de la personne. Le niveau de dépendance peut varier d'une personne à l'autre, d'une situation à une autre. On peut donc parler de dépendance, mais aussi de dépendances au pluriel. Quand la consommation de produits psychotropes donne lieu à une perte de contôle, on parle alors de toxicomanie.

Dans ces situations, les proches aidants peuvent être amenés à s'oublier, à développer une codépendance, à s'isoler ou encore à vivre des émotions comme l'inquiétude et la culpabilité.

ic_play Play Video

Cas de figure

Exemples

Alcool

Un fils consomme de l'alcool. Il a complètement abandonné ses activités. Il a de la difficulté à diminuer sa consommation ou à se fixer des limites lorsqu’il consomme.

La mère ressent avec difficulté la stigmatisation de la consommation d'alcool vécue par son fils. Elle fait donc tout ce qu'elle peut pour camoufler cette consommation. Cette situation est encore amplifiée par le fait qu'ils vivent sous le même toit; les conflits entre eux sont fréquents.

Drogues

Une jeune femme consomme de la cocaïne. Elle doit consommer de plus en plus pour obtenir le même effet. Elle consacre beaucoup de temps et d’énergie pour se trouver de la cocaïne. Elle continue à consommer malgré l’apparition de problèmes physiques ou psychologiques possiblement causés ou aggravés par sa consommation de cocaïne.

Son père trouve des excuses pour justifier l'absence de sa fille quand celle-ci n'est pas en mesure de rentrer au travail à cause de sa consommation. Elle travaille dans l'entreprise familiale. Sa mère lui apporte tous les jours un repas; elle fait tout pour minimiser les effets de la drogue sur la santé de sa fille.

Jeux de hasard et d'argent

Un homme dans la quarantaine pense constamment au jeu. Il met en jeu des sommes d’argent de plus en plus importantes et a de la difficulté à se fixer des limites lorsqu’il joue. Contempler l’idée de jouer moins ou de cesser complètement le rend irritable.

Sa soeur se rend compte que son frère ment toute la famille pour cacher ses habitudes de jeu. Le frère lui a demandé de l'argent. Elle s'informe sur les conséquences des jeux de hasard et d'argent et elle tient au courant son frère de son cheminement. Elle se sent coupable de ne pas lui donner d'argent mais elle sait qu'elle doit se protéger et penser à elle-même.

Traitement et évolution

Vous pouvez encourager votre proche à consulter un professionnel de la santé. Rassurez-le sur le fait que vous allez être à ses côtés pour lui offrir votre soutien.

En contactant le CISSS ou le CIUSSS de votre territoire vous pourrez parler avec un professionnel de la santé, gratuitement et de manière confidentielle. Ce professionnel pourra évaluer les besoins de votre proche ainsi que vos propres besoins et vous diriger vers la ressource d’aide appropriée.

Les services proposés vont de la consultation de dépistage aux services spécialisés en passant par l'évaluation de traitement, l'accompagnement, l'aide à l'entourage et l'aide aux parents. À titre d'exemple, voyez les services proposés par le CIUSSS de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec.

La codépendance de la personne proche aidante

Pour chaque personne présentant une dépendance, il est estimé qu’environ 10 proches sont affectés. En tant que personne proche aidante, comprendre la ou les dépendances vécue(s) par la personne que vous aidez est une étape utile que vous avez déjà débutée en lisant cette page et en vous renseignant sur les ressources et références. Bravo!

Il s'agit maintenant de réaliser que, comme personne proche aidante d'une personne dépendante, il est possible que vous viviez une situation de codépendance.

Nous sommes codépendant quand l'aide que nous voulons apporter à l'autre affecte notre propre fonctionnement et notre qualité de vie, que nous sommes partenaire de la dépendance que vit notre proche et que nous avons tendance à camoufler ses problèmes et à faire les choses à sa place.

Parti d'une intention bienveillante et généreuse, ce comportement peut avoir pour effet de contribuer à maintenir la personne aidée dans sa dépendance, l'empêchant ainsi de vivre les conséquences de sa dépendance et de prendre des décisions pour changer.

Êtes-vous dans cette situation? Voici des éléments pour repérer chez vous une codépendance et prendre conscience du caractère aidant ou non aidant de votre lien :

☐ Je protège mon proche en camouflant certaines de ses actions et cela m'épuise.

☐ Je me rends compte que l’aide que j'apporte à mon proche affecte mon fonctionnement et ma qualité de vie.

☐ Je prends de plus en plus de responsabilités pour mon proche. Je suis tout le temps tendu.

☐ Je m'isole de plus en plus. Je me sens vide.

☐ Mon proche compte beaucoup sur moi. Cela ne l'aide pas à amorcer des changements.

Si vous vous reconnaissez dans ce qui vient d'être évoqué, de l'aide et du soutien existent pour vous! Contactez les ressources adaptées à la situation que vous vivez.

Des questions et pistes de réponses

Comment motiver mon proche à décider de changer?

Essayez d'apprendre à vous protéger et à lâcher prise en pensant à vous d’abord. Ensuite, vous discuter avec votre proche, sans le confronter, des conséquences qui vous affectent : que voudrait-il changer, qu'aimeriez-vous qu'il change et quelles seraient les conséquences positives pour lui et pour vous d'une diminution ou d’un arrêt de consommation? Et vous, que pourriez-vous changer? Puis, préparez ensemble les étapes et changements suivants, tout en faisant le deuil de la personne sobre rêvée et en pensant aux ressources d'aide et de soutien.

Quelles sont les ressources pour mon proche et y en a-t-il pour moi aussi?

Le Ministère de la Santé et des Services sociaux a dressé un répertoire des ressources en dépendances. Parmi celles-ci, Drogue : aide et référence et les centres de réadaptation en dépendance sont incontournables. Pour chercher via une carte, consultez trouve ton centre. Des programmes d'aide, de l'aide téléphonique et groupes d'entraide sont destinés spécifiquement à l'entourage et la famille. Par exemple, les Al-Anon/Alateen Groupes Familiaux s'adressent aux membres de la famille, amis et proches de personnes dépendantes à l'alcool.

Quelles sont les options pour me protéger?

1) Vous tenez à votre relation avec votre proche : offrez-vous du répit, posez vos limites, laissez votre proche assumer ses actes. Allez chercher de l'aide gratuite pour vous; les centres de réadaptation en dépendance existent aussi pour les aidants.

2) Vous souhaitez mettre fin à votre relation : informez votre proche au fur et à mesure de votre réflexion, cela vous aidera à gérer culpabilité, colère, choc et deuil de la relation.

J'ai beaucoup d'autres questions!

L’Association québécoise des centres d’intervention en dépendance propose une foire aux questions autour de la recherche de soutien en dépendance et usage de substance. L'écoute de témoignages dans le balado Grains d'espoir pourrait aussi être d'un grand soutien et répondre à vos interrogations.

format_list_bulleted See all advices
close

Need to talk?

Contact our Caregiver Support Helpline for counselling, information et referrals.

Every day from 8 a.m. to 8 p.m.

Free of charge.

info
call  Caregiver info :  1 855 852-7784