Actualités
Mauricie
Appelez Info-aidant au 1 855 852-7784

Peut-on retrouver du plaisir avec son proche atteint de trouble de mémoire ?

Le 7 décembre 2018 par Amélie Gélinas, travailleuse de milieu pour les proches aidants, CAB Trait d’Union

Lorsque le diagnostic de la maladie d'Alzheimer tombe, tout notre monde est chamboulé : notre rôle de proche, notre quotidien, notre équilibre… Cependant, la maladie n’est pas une fatalité ! Vous pouvez encore vivre des moments de bonheur


Lorsqu’on apprend que son proche est atteint de trouble de mémoire, il s’agit d’un choc autant pour la personne malade que pour ses proches. Le quotidien se trouve chamboulé, et peu à peu les rôles se modifient. Les tâches pour le proche aidant s’accumulent, et de moins en moins de temps est accordé pour les activités qui alimentent les liens familiaux.

Pourtant, les moments agréables permettent de se redéfinir autrement qu’un aidant dans cette relation. Même si la mémoire du proche est affectée, il est toujours possible de partager des moments plaisants avec lui. Il est très important, pour le bien de la relation, de reconnecter avec la notion de plaisir, qui permet, malgré la maladie de garder un équilibre dans la relation de la dyade aidant-aidé. Ici, il est important de distinguer deux notions : le loisir, qui est une façon d’aider à retrouver des moments agréables avec son proche, et l’activité, qui est un prétexte pour créer des moments de bien-être. Pour avoir du plaisir, le but n’est pas de réaliser des activités et alourdir la tâche déjà trop exigeante d’être proche aidant, il s’agit de susciter des moments de bien-être partagés. Il importe donc de se concentrer sur le vécu de l’activité et non sur les résultats obtenus. Oubliez les parties de cartes compétitives et les règles complexes, le but est simplement de partager un bon moment.

Il est important de considérer que les personnes atteintes vivent souvent des moments d’inquiétudes qui affectent leur confort psychologique. Les moments plaisants peuvent souvent contrer cette tension, car même s’ils ne s’en souviennent pas, le bien-être ressenti pendant l’activité les habitera pendant longtemps. Il ne faut pas négliger le fait que c’est la mémoire affective qui est celle qui persiste le plus longtemps. Vous êtes la personne qui connaît le mieux votre proche, vous pouvez donc identifier des activités qui contribueront à son mieux-être. Par exemple, regarder des photos, écouter de la musique d’antan ou chanter ensemble peut être très agréable.

Voici finalement quelques petits conseils en rafale pour un moment partagé optimal! Simplifiez les règles d’un jeu; y aller étape par étape; limiter les bruits environnants (éteindre la radio/le téléviseur) ; créer un climat sans attente de résultats; poser des questions ouvertes, et surtout, surtout, se concentrer le bien-être de votre proche, ainsi que sur le vôtre!

Centre d’action bénévole – Trait d’Union

Territoires desservis : Shawinigan, Saint-Élie-de-Caxton, Notre-Dame-du-Mont-Carmel, Saint-Mathieu du Parc, Charrette, Saint-Boniface

Personne ressource : Amélie Gélinas, travailleuse de milieu pour les proches aidants 
819 247-3050 | [email protected]

Site internet : http://cabtraitdunion.com