Actualités
Mauricie
Appelez Info-aidant au 1 855 852-7784

Aider à distance, une réalité méconnue

Le 27 septembre 2019 par Julie Martin, agente de développement, L'Appui Centre-du-Québec

On croit à tort qu’être proche aidant implique obligatoirement de cohabiter avec la personne que l’on aide. Cette croyance populaire est due en partie au crédit d’impôt pour aidant naturel. En effet, un des critères d’admissibilité pour en bénéficier


Toutefois, être proche aidant ne se limite pas à cette exigence. Saviez-vous qu’en 2012, dans 87 % des cas, l’aidant ne cohabitait pas avec la personne aidée? De plus, 1 proche aidant sur 4 habitait à plus de 30 minutes du domicile de l’aidé. Même si ces chiffres datent de quelques années, il n’en demeure pas moins que cette situation est encore celle d’un grand nombre de proches aidants qui doivent constamment faire le trajet entre leur propre domicile et celui de la personne qu’ils aident.

Cette réalité comporte son lot d’inquiétudes et de questionnements : « Si ma mère fait une chute, qui pourra y aller? Qui peut veiller à la gestion de la médication de mon père ? Est-ce que mon frère mange ses trois repas par jour et sont-ils assez nutritifs? Qui peut accompagner mon oncle à ses rendez-vous médicaux quand je ne peux pas y aller? Qui peut passer à la pharmacie? », etc.

Comment s’organiser autrement lorsqu’on aide à distance?

Selon la situation et le contexte, certains services peuvent être mis en place pour soutenir l’aidé dans son quotidien. Par exemple, les centres d’action bénévole offrent des services de téléphones et/ou de visites d’amitié. La majorité des MRC offrent le programme PAIR, qui est un service d’appels quotidiens permettant aux personnes aînées vivant seules de se sentir davantage en sécurité. D’autres services peuvent également vous faciliter la vie, comme la popote roulante, l’accompagnement-transport, la livraison de la médication par les pharmacies, l’aide à domicile du CLSC, etc.

Certains aidants choisissent d’autres stratégies pour s’organiser autrement. Ils se tournent vers leur réseau élargi (neveux, nièces, amis, etc.) pour assurer une présence physique ou téléphonique auprès de l’aidé. Certains aidants vont même jusqu’à solliciter le voisinage, afin de répondre à certains besoins ponctuels, comme sortir les poubelles, recueillir le courrier ou faire quelques petites commissions. Il est possible de déléguer des tâches à différents membres de la famille, qu’il s’agisse d’informations à dénicher ou de démarches à faire à distance.

Aider une personne à l’extérieur de sa région… comment s’y retrouver?

« J’aide ma mère qui habite à Sherbrooke » ou encore « J’aide mon beau-père qui habite à Gatineau ». Il va de soi que plus la distance est grande, plus la recherche de stratégies et d’informations sur les ressources pour aider un être cher se révèle ardue. Dans ces situations, le Service info-aidant devient une belle porte d’entrée, un accès facile aux services. Composez le 1 855 852-7784 pour en savoir davantage, pour demander du soutien et trouver des solutions, dans certains cas. Vous pouvez également visiter lappui.org et sélectionner la région qui vous concerne.