Actualités
Estrie
Appelez Info-aidant au 1 855 852-7784

Le choc des finances

Le 28 février 2019

Un sujet qui soulève des débats houleux: celui de l'argent, certes. Le jugement porté sur les divergences de points de vue sur la manière qu'ont les gens de le gérer suscite des conflits. D'autant plus, quand il aurait fallu faire autrement...


Certains proches aidants doivent prendre en charge le budget et les finances de la personne qu’ils accompagnent. Lorsqu’il y a des problèmes financiers, comme un endettement important, on peut rapidement se sentir dépassé. Les dépenses relatives aux déplacements pour les nombreux rendez-vous médicaux, aux médicaments, à l’adaptation du logis peuvent alourdir considérablement un budget. De plus, si le rôle d’aidant est à l’origine d’absentéisme au travail et de périodes de maladie, la baisse de revenu en découlant peut causer bien des maux de tête.

Avant toute chose, il importe de brosser un portrait clair de la situation. Il faut dresser la liste des dettes, des versements mensuels prévus et en retard, puis des sommes disponibles avant d’établir un budget. Il est plus simple et plus concret de commencer par une prévision mensuelle. L’ensemble des dépenses ne couvre pas celui des revenus? Faites une liste de solutions possibles, y compris celle de consulter un professionnel.
Voici quelques notions de base:

  • Ne plus accumuler de retard avant d’essayer de payer des dettes;
  • Planifier un remboursement périodique (semaine ou mois) réaliste sur une plus longue période plutôt que de « donner un coup », comme de mettre à jour un compte en négligeant d’en payer un autre;
  • Ordonner les dettes en fonction des priorités de la personne et de l’éventualité de recours légaux;
  • Cesser d’attendre de pouvoir acquitter le compte au complet avant d’agir.

Encore plus que des chiffres, le budget reflète des priorités, des valeurs et des choix personnels, les bons comme les mauvais. Il faut se rappeler ce principe lorsqu’on se penche sur le budget de la personne aidée. Cette intervention exige beaucoup de délicatesse. C’est pourquoi il est si difficile d’effectuer des coupures dans les dépenses lorsque le budget est déficitaire. Attention à ne pas porter de jugements pour que la démarche vers l’équilibre soit constructive. La personne aidée doit conserver le plus de latitude possible dans la prise de décisions.

Si vous ne parvenez pas à régler ou à organiser votre situation financière ou celle de la personne aidée, des organismes sont là pour vous accompagner, le temps nécessaire pour stabiliser la situation (ex. : consolidation de dettes).

Pour y voir plus clair en Estrie :
ACEF Estrie : 819 563-8144 ou [email protected], www.consommateur.qc.ca
Solutions Budget Plus : 819 562-8656 ou [email protected], www.solutionbudgetplus.com


Sources

adapté d’un texte de Virginie Rainville, conseillère budgétaire au Centre d’intervention budgétaire et sociale (CIBES) Mauricie/Bécancour-Nicolet-Yamaska.