Actualités
Estrie
Appelez Info-aidant au 1 855 852-7784

Être proche aidant à la suite de l'hébergement

Le 29 août 2019

Pour la personne qui a pris soin d’un parent, d’un conjoint ou d’un ami, et ce, pendant plusieurs années, la transformation du rôle d’aidant ne se fait pas sans difficulté. Il est normal, qu'une nouvelle réalité requiert une nouvelle adaptation.


L’état de vulnérabilité force parfois à prendre des décisions difficiles et bouleversantes. Bien que la réflexion mûrie d’opter pour l’hébergement de l’être cher soit dans son intérêt, il se peut que vous et votre famille ayez des inquiétudes. La qualité des soins est assurée, puisque le personnel est formé et dûment qualifié pour ce faire. Va pour le côté technique!

Mais dans cet environnement normalisé où les procédures sont strictes et standard, vous éprouvez une perte de contrôle. Quelles sont les conséquences pour votre proche, du point de vue relationnel et affectif? Nombreux sont les proches aidants qui ressentent de la culpabilité à la suite de l’hébergement de leur proche âgé. Pour la personne qui a pris soin d’un parent, d’un conjoint ou d’un ami, et ce, pendant plusieurs années, la transformation du rôle d’aidant ne se fait pas sans difficulté.

Il est normal, tant pour vous que pour votre proche dont vous prenez soin, de vivre une période de transition au cours de laquelle vous devrez vous adapter à une nouvelle réalité. Si la relation se redéfinit sur des bases différentes, le lien d’entraide et de bienveillance, lui, reste inchangé.

Un lien toujours aussi fort 

La transition vers un milieu d’hébergement ne signifie pas une rupture dans la relation. Le désir de préserver l’attachement demeure fort. De plus, cela donne à certains aidants la chance de renouer avec leur rôle d’enfant, de conjoint ou d’ami qui s’était transformé au fil du temps. Le retour aux petites attentions anodines et à la connivence est parfois une agréable surprise.

Aidant différemment 

Bien que la majorité des soins prodigués à votre proche, au quotidien, soient dorénavant pris en charge par le personnel du lieu d’hébergement, vous conservez un rôle essentiel de soutien et d’accompagnement à ses côtés. Vous êtes le gardien de ses préférences et de ses habitudes, de ses routines et de ses manies.

Dans certains cas, la personne hébergée ne sera pas en mesure de faire valoir ses droits ou même tout simplement d’exprimer ses besoins. Alors, vous devenez sa représentante, vous lui prêtez voix car, la plupart du temps, vous savez décoder ses gestes et ses regards mieux que n’importe qui. De plus, le soutien moral et la présence d’une personne familière et de confiance peuvent faciliter l’adaptation dans son nouvel environnement de vie. 

De nombreux défis  

Il faut s’attendre à devoir relever de nombreux défis tout au long de la transition et de la période d’hébergement. Que ce soit dans la relation avec le personnel soignant, dont le rythme est imposé, ou encore dans la communication avec l’aidé, dans l’adaptation à un nouveau contexte et un nouveau type d’aide à offrir ou même dans la réorganisation de votre vie personnelle et sociale. Vous n’êtes pas seuls!

Des ressources existent pour appuyer les proches aidants et leur famille dans cette étape. Les travailleurs sociaux, par exemple, les intervenants en soins spirituels ainsi que les conseillers aux proches aidants peuvent vous soutenir pour que cette transition se passe le mieux possible. Pour plus d’information, n’hésitez jamais à faire appel au service Info-aidant.


Sources

Adapté d'un texte de Sophie Caron, l’Appui Montérégie, par Sonia Leclerc de l’Appui Estrie.