Actualités
Appelez Info-aidant au 1 855 852-7784

Mars : Mois de la nutrition

Le 13 février 2020

En ce mois de la nutrition, profitons-en pour découvrir ou redécouvrir les saveurs et le plaisir de prendre des repas avec nos proches. Parce que la nutrition de votre personne aidée ou de vous-même commence par de bonnes habitudes alimentaires.


Le désir de manger – un plaisir pour beaucoup d’entre nous – et nos besoins, sont appelés à évoluer tout au long de notre existence. Si vous prenez soin d’une personne aînée, vous avez peut-être déjà remarqué que ses besoins nutritifs changent. En effet, l’âge, tout comme les ennuis de santé et les maladies, nous obligent souvent à modifier nos habitudes alimentaires, ce qui peut influer sur notre qualité de vie. Cela peut, en outre, devenir une source d’inquiétude pour vous, en tant que personne proche aidante.

Il est vrai que la malnutrition est courante chez les personnes âgées. Elle peut même augmenter le risque de perdre de l’autonomie ou en être un symptôme. D’ailleurs, selon un sondage effectué auprès des membres de l’Ordre professionnel des diététistes du Québec, en 2012, la dénutrition sévère et modérée est l’une des raisons principales d’interventions auprès de la clientèle vue dans les programmes de soutien à domicile. Quels sont les facteurs à surveiller pour contrer ces problèmes de nutrition? Comment stimuler le plaisir de bien manger chez une personne aînée? Et surtout, comment appliquer ces conseils à soi-même lorsqu’on est une personne aidante?

Surveiller les signes et symptômes de faim ou de malnutrition

Les échanges avec votre personne aidée peuvent vous donner de bonnes indications sur ce qu’elle mange et à quelle fréquence elle le fait. Discuter avec les autres personnes qui gravitent autour d’elle, comme les membres de son entourage ou des professionnels, est aussi une manière d’avoir l’heure juste sur ses habitudes alimentaires. Certains indices sont à surveiller : une perte de poids et des troubles physiques, tels que la guérison difficile des plaies, les ecchymoses et les problèmes dentaires. N’hésitez pas à vous renseigner sur les médicaments prescrits à votre proche. Certains effets secondaires peuvent avoir un impact sur l’appétit et la digestion.

Favoriser une alimentation saine et savoureuse

Si la personne dont vous prenez soin est gourmande, vous partez avec un avantage! Mais si le plaisir de bien manger s’est étiolé avec le temps, que faire pour redonner à une personne le goût des bons petits plats? Tout d’abord, sachez que l’appétit diminue en vieillissant. Donc, il faut manger plus souvent –toutes les deux à trois heures – de petites quantités de nourriture pour combler sa faim et avoir de l’énergie.

La sensibilité gustative s’altère également avec l’âge. Le réflexe pourrait être de saler davantage les aliments et voir son taux de sodium augmenter, ce qui serait néfaste pour la santé. Au lieu de saler les aliments, il est possible d’en relever la saveur avec des herbes fraîches ou des épices, des salsas, des chutneys et des sauces saines.

Et, bien sûr, miser sur la variété, la fraîcheur, la non-transformation des aliments est une valeur sûre pour se garder en forme et conserver le plaisir de manger.

AfficheFR_ORDQ_Nutrition

Affiche du mois de la nutrition 2020
(Ordre professionnel des diététistes du Québec)

Consommer des aliments riches en vitamines, minéraux, faciles à digérer

Les carences en vitamines et minéraux ne touchent pas uniquement les personnes âgées. Vous connaissez certainement les vitamines B6, B12 et D, ainsi que les minéraux, comme le fer et le calcium. Ils font souvent défaut dans nos régimes alimentaires. Si votre proche consomme des produits contenants ces éléments, cela pourrait vous enlever bien des maux de tête. Sachez également que certains aliments aident à la digestion et soulagent les maux d’estomac.

Pensez aussi à votre alimentation

En tant que personne proche aidante, vous avez aussi des besoins que vous devez écouter. Ne pas négliger votre santé est primordial pour conserver énergie et bonne humeur dans votre rôle. À ce sujet, vous pouvez consulter notre article Bien manger pour mieux aider dans la section Conseils pratiques > Santé et prévention de notre site Web.

Prenez toujours le temps de vous asseoir pour manger : avec votre personne aidée, en famille ou avec des amis. Le partage d’un bon repas est toujours bénéfique pour tous.


Sources