Actualités
Appelez Info-aidant au 1 855 852-7784

COVID-19 – Émotions négatives : comment ne pas se laisser submerger ?

Le 21 mai 2020

Nous vivons une situation exceptionnelle qui vient peut-être amplifier votre colère, votre impuissance, votre frustration face aux accès et ressources plus réduits par exemple. Difficiles à accepter, ces sentiments sont pourtant normaux et naturels.


Garder à l’esprit que cette pandémie est une première et que toutes les sphères impliquées (sociales, médicales, gouvernementales) réagissent au mieux de leurs connaissances et de leurs capacités, peut être le point de départ d’une considération moins sombre de la réalité. Maigre consolation, certes, mais qui peut aider à « normaliser » cette période, à l’accepter du mieux possible, compte tenu des difficultés supplémentaires qu’elle engendre.

Comment gérer ses émotions négatives au quotidien? Des pistes existent pour apaiser votre charge mentale. Parler de ses craintes et de ses frustrations à sa famille, que ce soit à la maison ou par téléphone, s’adresser à des ressources externes… sont autant d’étapes pour vous permettre de vous ménager durant cette période.

 

Préserver votre santé mentale

Trouver des lueurs d’espoir, chercher des éléments positifs, se convaincre qu’après la pluie vient le beau temps… Loin d’être futiles, ces idées peuvent vous amener à envisager d’autres perspectives que celles véhiculées par les informations, les consignes et les règles de confinement. Ne vous sentez pas coupable de vous accorder le droit d’être moins préoccupé, d’avoir des pensées plus joyeuses, voire de rire. Toutes les réflexions que vous vous autorisez pour diminuer votre niveau de stress et de vulnérabilité amélioreront votre bien-être et celui de votre proche.

Votre santé mentale est donc votre pilier. Comment essayer concrètement de la préserver et en prendre soin?

  • Ne sous-estimez pas votre capacité à relever des défis. Souvenez-vous des épreuves que vous avez déjà surmontées et de ce que vous aviez mis en place pour y parvenir.
  • Structurez vos préoccupations : un mot très mathématique pour vous faire prendre conscience de l’importance de « classer » ce qui vous inquiète. Quels sont vos problèmes actuels ? Ceux qui pourraient se compliquer ? Ceux qui ne sont encore que des hypothèses ? Que pouvez-vous résoudre plus ou moins facilement ? Par quels moyens ? Ce plan d’action peut vous sembler lourd, mais prendre le temps de faire le point maintenant, pourrait vous donner une vision plus large et posée de la situation. Ce pas de recul pourrait par la suite enlever ou réduire des sources de stress.
  • Essayez de confronter vos inquiétudes en les remettant en question. Pourquoi est-ce que je pense cela? Quels sont les éléments qui me perturbent?
  • Dans le même ordre d’idées, prenez le temps de repérer les pensées « parasites ». Tenter de les garder à distance vous permettra d’avancer dans une direction plus optimiste.
  • Tenez un journal pour organiser vos pensées, mettre un nom sur vos émotions et éprouver de la reconnaissance pour une action, une personne ou un évènement qui vous inspire, vous détend, ou vous calme.
  • Essayez de pratiquer chaque jour une activité qui vous fait du bien (danser, chanter, tricoter, lire, méditer, écouter de la musique, etc.).

 

Conjuguer réalité et optimisme

Faire preuve d’optimisme peut vous sembler plus facile à dire qu’à faire. Entre « pensée magique » et illusion, vous pourriez avoir l’impression de cacher votre vulnérabilité, Ne serait-il pas préférable de chercher la source exacte du problème? Comment envisager l’optimisme à l’heure actuelle?

  • Vous voyez toujours le verre à moitié vide? Être pessimiste – dans une certaine mesure – peut vous amener à mieux vous guider dans vos décisions. En tenant compte de tous les obstacles éventuels, vous pourriez vous découvrir des capacités insoupçonnées pour mobiliser vos ressources.
  • Prenez le temps. Quelle que soit votre impasse, vous aurez besoin de l’étudier, de vous questionner, de demander l’avis d’autrui, de consulter des ressources fiables. Ainsi, vous aurez l’occasion de rassembler tous les éléments constructifs, et d’aboutir à un choix plus éclairé.
  • Intégrer l’optimisme pour préserver sa santé mentale passe aussi par votre capacité à être indulgent envers vous-même, à savoir vous pardonner et à accepter que vous n’ayez pas toujours la réponse à toutes les questions et la solution à tous les problèmes.

Réfléchir sur les causes de vos peurs et de vos préoccupations est aussi une forme d’acceptation. Les nommer, prendre le temps de les « digérer » tranquillisera votre esprit et vous aidera à porter un regard différent sur la situation.

Au-delà de votre analyse personnelle, chercher le réconfort dans les échanges est important. Si cela vous est possible, ne restez pas seul : que ce soit avec votre partenaire de vie, votre famille ou vos amis, vous pourriez rapidement mesurer les bienfaits du partage et de la communication, surtout quand vient le temps de ventiler des expériences plus délicates.

 

Des ressources sont disponibles : n’hésitez pas à les utiliser.

Vous avez essayé de trouver un équilibre entre vos préoccupations et le quotidien, mais ne parvenez pas malgré tout à gérer vos émotions négatives? Sachez que des services gratuits existent, que des personnes compétentes sont à votre écoute.

Par téléphone : 1 855 852-7784

Par courriel : [email protected]

 

Sachez également que l’Ordre des psychologues du Québec met régulièrement à jour ses conseils psychologiques et des informations pour soutenir le public durant la pandémie.


Sources